Les Adventistes du 7ème jour en quelques mots :

  •         1. D'où venons-nous ?
  •         2. Quelques chiffres
  •         3. L'engagement social
  •         4. Ce que nous croyons

______________________________________________________________________________ 

1. D'où venons-nous ?

Le mouvement adventiste est né aux États Unis au cours du 19e siècle et  s'enracine dans les courants qui ont marqué la spiritualité du christianisme à cet époque.

Cette période représenta une ère de réveil religieux, provoqué par la volonté de plusieurs groupes chrétiens de revenir à une étude approfondie des Écritures et en particulier des prophéties. Les mouvements issus de la Réforme protestante gardaient le principe défendu par les réformateurs des 16e et 17e siècles, « sola scriptura », en d'autres termes, la seule autorité qu'ils reconnaissaient était celle de la Parole de Dieu, la Bible.Aujourd'hui, plus de 20 millions d'hommes, de femmes et d'enfants se retrouvent dans leurs églises pour partager cette espérance et se préparer en vue de cet événement ultime de l'histoire.

William Miller, un pasteur baptiste attacha en particulier beaucoup d'attention aux prophéties bibliques annonçant le retour prochain du Christ, et bientôt ceux qui adhérèrent à ses convictions se définirent comme 'adventistes', pour indiquer que leur foi était basée sur l'attente de ce retour, et de l'établissement du règne de Christ. Rachel Oakes, une Baptiste du Septième Jour présenta à des membres de la nouvelle Église adventiste réunis à Washington ce que la Bible affirme au sujet du Sabbat, septième jour de la semaine, un jour que Dieu avait sanctifié et offert à ses enfants humains dès la Création. La communauté de Washington reconnut rapidement le bien-fondé des arguments de Rachel Oakes et devinrent les premiers adventistes à choisir le sabbat, septième jour de la semaine comme jour de culte mis à part pour Dieu.

C'est ainsi qu'apparut, en 1860, une nouvelle dénomination, celle des adventistes du septième jour. Les premiers membres américains souhaitèrent rapidement obéir à l'ordre donné par Jésus Christ avant son ascension, de 'faire de toutes les nations des disciples'. En 1863, il existait 125 communautés adventistes aux États Unis, représentant 3.500 membres d'église. Les premiers missionnaires furent envoyés en Europe dès 1874 et leur œuvre se poursuit depuis à travers le monde. 

2. Quelques chiffres

L'Eglise Adventiste du Septième Jour est multiraciale et internationale.

En 2008, le nombre de membres dans le monde dépasse quinze millions. En Guyane, il y a moins de 2'000 membres, répartis en 17 églises et groupes.

Les enfants ne figurent pas dans ces chiffres puisque l'Eglise Adventiste ne pratique pas le baptême des enfants. Compte tenu de la forte proportion de jeunes au sein de l'Eglise - environ 65 % de la population adventiste a moins de 30 ans - ainsi que de la présence croissante de sympathisants, l'estimation porte à tripler le nombre de participants aux diverses activités de cette Eglise.

3. Engagement social

Chaque année dans le monde, près de 20'000 centres de bienfaisance soutiennent plus de 14 millions d'individus. C'est l'association humanitaire adventiste ADRA (Adventist Developpment and Relief Agency) qui dirige l'engagement international dans 114 pays. Son action d'urgence en cas de catastrophe est doublée d'un programme d'aide au développement important (plus de 100 projets par an), avec un budget annuel de 100 millions de dollars.

Voulant promouvoir des principes équilibrés de santé, les Adventistes proposent une infrastructure médicale répartie dans le monde entier. Actuellement, il existe plus de 600 établissements médicaux adventistes.

L'intérêt que porte l'Eglise Adventiste à l'éducation l'a poussée à mettre sur pied le plus grand système protestant d'enseignement au monde. En 1990, 83 universités ou écoles supérieures, près de 900 établissements secondaires et 4'600 écoles primaires ont fonctionnés, encadrés par 50'000 enseignants.

4. Ce que nous croyons :

Evangélique, héritière de l'apôtre de la Réforme, l'Eglise Adventiste a adopté le primat protestant accordé à la Bible (sola scriptura) et la doctrine de la justification par la foi en Jésus-Christ, Fils de Dieu et de nature divine lui-même (sola fide, sola gratia).

Voici l'essentiel des croyances fondamentales que nous professons.

  • La Bible

La Bible donne toute la connaissance voulue sur le Christ et le salut. L'ancien Testament annonce la venue du Messie, le Nouveau Testament lui rend témoignage en rapportant sa vie et son enseignement. C'est donc dans la Bible que l'on trouve le seul fondement possible de la foi (Jean 5:39 ; 2Thimothé 3:16,17).

  • Jésus-Christ

Jésus-Christ représente le contenu de la foi qui ne se rallie pas à un livre ou à un système de doctrines, mais au Christ vivant et agissant. Il est de toute éternité avec Dieu le Père. Il s'est incarné pour sauver les hommes, parmi lesquels il a vécu. Il est mort sur la croix, il est ressuscité le troisième jour et il est monté au ciel. De cette manière, Dieu a réconcilié une fois pour toutes le croyant et lui-même (2 Corinthiens 5:18,19)

  • L'assurance du retour du Christ

est clairement donnée, par Jésus lui-même, par les apôtres; elle apparaît plus de trois cent fois dans le Nouveau Testament. Elle s'accompagne d'une série de signes annonciateurs de la fin (Matthieu 24 ; 2 Timothée 3:1-5 ; Jacques 5:1-6 ; Apocalypse 11:18). Personne ne peut en fixer le moment. Toutefois, les signes précurseurs donnés par le Christ lui-même se réalisent rapidement. Ils confirment à la fois la proximité de ce retour et son caractère inattendu. Les Adventistes se préparent à rencontrer le Christ et partagent cette espérance avec leurs contemporains.

  • La résurrection

est étroitement liée au retour du Christ. C'est à ce moment glorieux que l'histoire prendra fin et que les fidèles ressusciteront. Car il entre dans le plan de Dieu que les hommes, recréés à son image, vivent sur une terre nouvelle. En attendant cette résurrection, les morts sont comme dans le silence du sommeil (Ecclésiaste 9:5 ; 1 Thessaloniciens 4:13 ; Jean 11:11-14).

  • Le baptême

représente le point de départ d'une vie régénérée, qui commence dans des circonstances différentes selon les individus. Mais dans tous les cas, celui qui concrétise par le baptême sa décision de servir Dieu doit avoir été enseigné sur le contenu de la foi, il doit reconnaître son besoin du Sauveur et se tourner vers lui pour être transformé.

Le baptême a une signification profonde: à l'image de Jésus enseveli dans le sépulcre et ressuscité le troisième jour, celui que l'on baptise est plongé dans l'eau comme dans un tombeau liquide, et en ressort pour une vie nouvelle avec le Christ (Romain 6:3-7). C'est pourquoi, selon l'enseignement du Nouveau Testament, ce rite se pratique par immersion et est réservé aux adultes ou adolescents qui peuvent en comprendre la portée.

  • Les dix commandements

que Jésus a repris et approfondis dans le Sermon sur la montagne ne peuvent apporter le salut. Mais pour le chrétien désireux de suivre les traces de son Maître, ils constituent une règle de conduite immuable. En maintenant les chrétiens dans la volonté de Dieu, ils donnent à la liberté son contenu et sa direction. Bien entendu, c'est toujours Dieu qui, à travers son Fils et par le Saint-Esprit, donne la force de rejeter le mal et de choisir le bien.

  • Le septième jour

est le jour du repos et de l'adoration (en hébreu: shabbat) selon le quatrième commandement. Loin d'être le symbole d'un salut par les œuvres, le sabbat est le signe du salut par la foi puisque, justement, le croyant se place dans une situation d'ouverture à la grâce et à la sanctification de la part de Dieu. Nous vivons aujourd'hui une agitation perpétuelle qui épuise nos ressources. Dès la création, l'Eternel a mis le septième jour à part pour permettre à l'homme de se reposer, de communier plus intensément avec lui et de consacrer du temps à ses semblables. Ainsi, en respectant le repos du jour béni par Dieu - le samedi - nous honorons le Créateur (Genèse 2:1-3 ; Exode 20:8-11) et suivons l'exemple de Jésus et des apôtres (Luc 4:16 ; Matthieu 24:20 ; Actes 18:4,11).

  • L'hygiène de vie

d'inspiration biblique et scientifique est importante pour mieux servir Dieu et les hommes. Ainsi, les Adventistes choisissent de ne consommer ni drogues, ni tabac, ni alcool, ni quoi que ce soit qui puisse nuire à la santé. Ils optent volontiers pour un mode de vie équilibré, exempt d'excès de toutes sortes.

Il existe 27 croyances fondamentales que l'église adventiste professe (voir Nos Croyances)